Ma liberté

Publié le par L*F

Je viens de commencer l'article sur le sauna, mais de toute évidence, ça ne me motive pas plus que ça, et j'ai pas envie de me forcer à écrire. Si c'était un devoir, un travail, je le ferai, mais j'ai la chance de faire ça que par plaisir, alors je vais pas me forcer à faire des trucs, tel l'artiste qui doit produire une oeuvre pour le lendemain.
Pour le piano, je me dis aller je vais jouer un peu, j'y vais, et j'y reste 1 heure et demi, et après avoir fait trois fois le tour de mon répertoire, et gavé tout le monde, je me casse, tout simplement parce que d'autres horizons m'appellent, ou que j'en ai marre, mais je pense qu'il faut faire ce dont j'ai envie, tant que c'est possible, et pas me forcer.


Alors je vais parler d'autre chose, d'une réflexion qui y est tout simplement liée, à faire ce dont on a envie et non ce que les autes veulent qu'on fasse. Cette réflexion je l'ai depuis quelques jours, et j'y ai pensé hier, et encore à l'instant avec cette exemple du sauna :


Un vieil ami disait : "on a deux choses qui nous sont propres à nous et personne d'autres dans la vie : la liberté, et la croyance."

Ca veut dire que je serai moins bien muni que les autres, puisque n'étant pas croyant, sauf peut-être en Quake, si c'était une religion, je pars avec seulement ma liberté, mais ça ne me fait pas plus peur que ça. (note pour plus tard : refaire un article sur la croyance). Ce qu'il disait donc, c'était que la liberté, est supérieure à tout le reste, c'est la seule chose qui t'appartient tant que tu ne la donnes pas à quelqu'un d'autre.

Comment faire pour rester libre? fut ma première question
Et lui de répondre : "Ne pas tomber amoureux, ne pas avoir de relation d'opprimeur opprimé avec ses amis, faire ce dont on a envie, et pas ce que les autres aimeraient qu'on fasse.  Le fait d'être indépendant, tel un électron libre, de tourner autour des atomes qui nous intéressent, sans prendre d'engagements, le fait de dire : "je vais voir ça et je vous appelle, mais si je ne vous appelle pas continuez sans moi" le fait de se considérer comme un bonus, tout ça c'est garder sa liberté. Seulement, si on se considère toujours comme un bonus, alors on prend pas d'engagements, sauf si on en a envie, on appelle pas des amis qui disent de rappeler, sauf si on a envie, on ne va pas à des soirées ou des expos à la con pour accompagner les amis, sauf si ça nous fait plaisir."

Trouver et utiliser sa liberté, c'est donc arrêter de faire ce qu'on pense qui ferait plaisir aux autres, pour dire de leur faire plaisir, en attendant quelque chose en retour. C'est agir sans arrières pensées, quand on en a envie, et dire merde si simplement on en a envie. Alors bien sûr, quand on est en entreprise, il faut savoir manger la merde et s'appliquer à certaines règles.

"Mais être libre, c'est un peu easy" comme je lui répondais, "tu fais ce qu'il te plaît, tu vas ou tu veux, avec qui tu veux, et les autres?"

Ceux qui comptent sur toi? Ceux qui ont confiance en toi? Ceux qui auraient voulu te voir à cette soirée ou cette exposition? Ceux qui attendaient ton coup de téléphone ce soir là? Ceux dont tu as oublié l'anniversaire?

Sa réponse fut alors comme suit : "Tu leur fais du mal, en agissant pas comme ils l'auraient souhaité, mais puisque tu n'en as pas envie, il est logique pour toi l'électron de ne pas l'avoir fait. Alors ta liberté, tu veux la garder certes, mais fais attention à ceux qui s'attacheront à toi, que tu le veuilles ou non, car ceux là seront déçus par chacun de tes mouvements. "

Et l'amour? Si tu tombes amoureux? fut ma question suivante
Et calmement il me répondait : "Alors ta liberté changera : Tu seras contraint à des obligations implicites, tu ne vivras plus que pour la femme de ta vie, tu oublieras jusqu'à ta famille, tes amis, on te dira que tu as changé, que tu n'es plus le même, que cette femme t'as changé, et pas forcément en bien. Pour toi ce seront les autres qui auront changé et qui ne comprendront rien à ta situation, parce que tu sais que toi, tu ne changes pas, tu reste le même, et tu as choisi par toi même de diminuer ta liberté pour créer des liens avec quelqu'un qui t'es plus cher que tout le reste. Mais puisque tu aimes cette personne, toutes ces choses tu les feras par envie, et c'est sur ce point qu'on pourra dire que tu les fais encore en étant libre, tu ne feras pas les toasts du petit déjeuner le matin pour lui faire plaisir, mais simplement parce que tu as envie de lui faire plaisir."

Donc être libre, c'est bien, mais attention à ne pas blesser tout ton entourage qui parfois a vraiment besoin de compter sur toi. Un vrai ami, c'est quelqu'un sur qui tu peux compter pendant les moments difficiles, et pas un électron libre qui va et qui vient quand il en a envie et qui disparait quand tu as besoin de lui.



Cet ami m'a fait comprendre pas mal de choses, parce qu'étant volatil, j'ai pu comprendre grâce à ses conseils des erreurs que je commettais. Désormais, je ne ferai plus plaisir pour attendre quelque chose en retour, désormais je dirai merde aux gens à qui j'ai envie de dire merde, j'irai pas à une expo pour faire plaisir à une copine, mais seulement si j'en ai également envie, je rappellerai pas quelqu'un que j'ai pas envie de rappeller, et surtout, je ne demanderai pas aux gens de me rappeller en comptant vraiment sur eux, trop de déceptions, il ne faut pas trop en demander à l'être humain, il est trop imparfait. Alors désormais, j'arrêterai d'avoir une si haute estime des gens, et d'être si déçu chaque fois qu'ils ne font pas quelque chose que j'aurai aimé qu'il fasse pour moi, je ne me ferai plus chier à faire des choses en attendant une médaille, un oscar, ou un nonoss. Bien sûr je me disais que je faisais ça parce que j'aimais bien être un chic type, mais aussi parce que j'attendais comme un con un retour, parce que j'avais besoin de ce retour.

Quand j'étais jeune je voulais être fils unique, devinez pourquoi. Plus tard quand Benjamin allait chez Antoine jouait à Civilisation toute l'après-midi, ça me rendait malade de me dire que j'y étais pas, alors j'appelais la mère de Benjamin, pour demander si Benjamain était là et j'attendais qu'elle me réconforte et me dise d'y aller pour m'incruster, parce que sinon je restais chez moi, malheureux dans ma solitude. La semaine dernière, quand j'apprenais que des amis partaient en vacances, et ne m'ont pas appelé, pour me proposer, bien que je sois en Allemagne, bien que leur destination ne soit pas celle que j'aurai choisie, bien que je fasse déjà 15 autres trucs plus passionnants au même moment, j'étais dépité de me dire qu'ils ont pas pensé à moi.

Aujourd'hui, j'en ai vraiment marre d'être jaloux à outrance, de vivre à travers les autres, et de me rendre malade avec toutes les conneries du monde. Surtout que je suis le premier à savoir que lorsque deux après midi différentes sont possibles, chacune apporte son lot d'expériences et qu'il ne sert à rien de regretter l'une ou l'autre, qu'il y avait forcément des choses à vivre et à prendre dans celle que j'ai vécue.

Alors, aujourd'hui j'ai 21 ans, et plutôt que d'emmerder ceux qui ont pas pensé à mon anniversaire, parce que dans le fond, je m'en contrefou pas mal, et bien je dis merde à cette putain de dépendance que j'ai eu envers des gens que j'aimais pas, qui n'étaient pas intéressants, ou qui ne m'ont vraiment rien apporté, qui m'a vraiment rendu malade, et m'a fait tant de mal.

Alors oui, aujourd'hui le loup solitaire prend enfin sa liberté, et continue sa route tout seul.

Publié dans Pensée maléfique

Commenter cet article

...**** 24/11/2005 20:11

euh..... rien a redire t'as tout dit! idem****

tanplan 31/08/2005 00:38

Un peu space cet article. Notamment "et bien je dis merde à cette putain de dépendance que j'ai eu envers des gens que j'aimais pas, qui n'étaient pas intéressants, ou qui ne m'ont vraiment rien apporté, qui m'a vraiment rendu malade, et m'a fait tant de mal." Si t'étais dépendant, c'est surement qu'ils t'ont apportés des choses, enfin j'pense (N.B: Je me force à pas chercher de qui tu parles ^^)

L*F 24/08/2005 15:32

d'une certaine façon oui.

il y a un proverbe qui dit vaut mieux être un connard que se faire prendre pour un con.

Je dirai simplement, faire ce dont tu as envie, si tu as envie de faire plaisir, d'être généreux, et de te plier en 4, alors t'es pas forcément égoïste, ça dépend pour chaque personne.

Bon c'est comme mon truc de la balance là, y a la gauche la droite, et un juste milieu, je dis pas que la liberté est à appliquer à tous les moments de ta vie dans chacun de tes choix, mais je pense que désormais je pencherai un peu plus du côté libre.

Kinder 23/08/2005 17:26

Etre libre c est etre egoiste ?

L*F 23/08/2005 09:15

je sais bien mon petit toto, mais je pense que tant qu'on en a envie, c'est pas un problème, la liberté c'est continuer de faire ce dont tu as envie, si tu fais des choses alors que tu n'en as plus envie, mais par obligation : taff, amour, engagement, tu perds une partie de ta liberté.

Je te remercie d'être revenu sur abbeville, je pense que c'était bien cool cette petite soirée improvisée pour comme je l'ai écrit un flash WE en France, et j'imagine que si t'en avais pas envie, tu l'aurai pas fait, et je l'aurai compris et accepté. C'est ça la petite différence, ne plus faire ça pour faire plaisir aux autres, mais suivre ses envies.