Acapulco et le defe

Publié le par L*F

Avant toute chose, je tiens à signaler la création du blog de mon coloc Christian , le contenu est bien sûr en allemand, mais pour les photos vous trouverez peut-être quelques compléments différents de ce que je propose ici :  www.parallevar.de Vous pourrez également aller voir celui de Philipe, mon pote allemand qui se trouve ici : http://philandjoinmexico.blogspot.com/

Acapulco, c'est bien c'est chaud.
Acapulco, c'est beau c'est loin.
Acapulco, c'était surtout ma première plage.

Beaucoup de critiques avant d'y aller, résultat plutôt impressionnant. Il avait plu tout le début de la semaine, mais les nuages ont fait place au soleil pour pouvoir revenir avec les belles marques de bronzage.


Hôtel, piscine, plage, subway, boîte, jet ski, open bar, balade en bateau dans la baie, saut de falaise, plage, piscine, tresses, tatouage, bières sur la plage etc...

Boîte : Au paladium : el grito : le cri du 15 septembre : le président devant sa résidence secoue le drapeau, et lance un triple "viva mexico" reprit par tout le pays réuni devant chaque mairie. Je vous laisse imaginer l'ambiance dans la boîte avec les 6 écrans géants qui restituent l'image, et la foule imbibée d'alcool qui crie la libération de son pays. Les drapeaux nous innondent, toutes les rues, voitures, lieux sont recouverts de drapeaux.

Jet ski : en couple avec Marco l'autrichien, pendant 40 minutes, nous partîmes à l'attaque des vagues, du vent, et de l'eau. Je dois dire qu'on a pas complètement perdu. A se relayer aux manettes, l'autre se cramponne au gilet de sauvetage du chauffeur, et lancés à une vitesse ahurissante, tu gobes les atomes d'air qui s'enfilent dans ta bouche. Commencer derrière était rigolo, et flippant, quand tu prends les commandes, c'est toi qui retient les deux corps sur le jet ski à la force des bras (compter un p'tit total de 150 Kg). Les vagues nous faisaient décoler systèmatiquement complètement de l'eau. Sur l'une des dernières, on a failli s'envoler, émotion impresionnante, de ne plus sentir l'eau, ou le jet ski sous tes fesses, l'atterrissage freinage dans l'eau fait mal également! Tu sors des 40 minutes rincer comme après un truc vraiment exténué, tous tes muscles font mal, les jambes sont irritées par les frottements du caleçons sur le siège, tu penses que tout va mal, et pourtant tu es bien vivant.
C'était une première, pour 175 pesos (85 francs) 20 minutes de conduite + 20 minutes en passager flippant, à Acapulco, je crois que ça restera longtemps gravé dans ma mémoire.


Le pacifique : l'avantage quand on sort d'Europe pour la première fois, c'est qu'on ne cesse de découvrir des choses nouvelles. Le Pacifique, c'est de l'eau, plus chaude qu'en Picardie, on s'y baigne avec plaisir, même si elle n'était pas super propre. D'habitude calme, le vendredi, elle était plutôt agitée avec un bon rouleau pour entrer dedans. Ce même rouleau qui si on gère mal fait qu'on a du sable jusqu'au fond du slip, vous voyez le genre, celui là qu'on appelle également la machine à laver...


Acapulco : Souvent critiquée comme une plage dégueu, j'ai beaucoup aimé. On sent la grosse influence des ricains, au nombre de vendeurs sur la plage. Comme d'habitude, tout est à disposition, les vendeurs se suivent, des garçons de 5 ans qui vendent des bières, aux grands mères qui essayent de vendre des plats en porcelaines typiques peints à la main. Dans l'ordre, on trouve, des bracelets avec ton nom, des lunettes, des chapeaux, des tatouages, des tresses, des bières, des tours en jet ski, des réducs pour les soirées, des tours touristiques, des tours en parachute derrière un bateau, des massages, des cartes téléphoniques, des hamacs, des tissus divers et variés, tout, tout, tout...
Je me suis laissé tenté par le package tresses + tatouages hesné, ce qui m'a valu une nouvelle coupe quand j'ai eu mal des tresses qui m'arrachait le cerveau, avec le p'tit style barbie coiffure ondulée : (les plus adeptes reconnaîtront l'origine profonde de ce tatouage)


Pour la soirée Paladium, voir les photos (peu significatives de l'ambiance générale) dans l'album, comme d'hab, vous connaissez le système !

  
 






c'est pas la classe américaine, mais presque     pluie d'étincelles dehors           la team casa


La semaine :
Assez classique : réunion club alpin, cours, diabolo avec Romain, enregistrement de leçon de français pour les élèves mexicains : "Compréhension Orale, exercice 1!" assez rigolo.
Joyce, la franco-mexicaine est rentrée à Tours, ça fait bizarre, tout le monde se croise, se balade à travers le monde, les frontières se réduisent, les distances aussi, la technologie rapproche, j'alterne les coups de skype, msn avec visio conférence plus ou moins fluide, avec Cécile et Bertrand, avec ma mère, avec ma petite soeur, avec les copains, tout le monde y passe plus ou moins.


Mexico city
Mexico la grande, le défé : Districto Fédéral : je ne suis pas seul à être parti au Mexique, en effet, 4 de mes compagnons istéciens sont eux également venus au pays du citron, du tacos et de la tequila. Ils sont à Mexico city, à l'université d'Anahuac, et me permettent de faire un tour dans la plus grande ville du monde, le temps d'un WE.

Voici la vue de la terrasse, du 6ème avec l'ascenseur cassé, sur l'avenue d'Amsterdam, et les palmiers qui occupent le centre de cet ancien hippodrome.

Un WE avec des istéciens à Mexico city :
FH est en coloc avec 3 français lyonnais, Mathieu est avec une autre française, et Romain et Marie vivent ensemble.
Rien de plus bizarre que de se retrouver à plus de 9000km de la maison pour les retrouver, et faire une mini soirée aux airs un peu istéciens. Mon appareil ayant encore fait preuve de faiblesse de batteries, je n'ai pas de photos autres que la soirée de vendredi. Dommage, vous ne pourrez voir les subtilités de la coupe du monde de Chistera, lieu prestigieux où l'on a vu les français se faire écraser par les Espagnols malgré un public français endiablé.
Vous ne verrez pas non plus les photos du Parc Mexico, lieu où certaines scènes du film Man on Fire ont été tournées.
Enfin, beaucoup de similitudes entre le rapport abbeville / paris et Cholula / Mexico. L'aller retour dans le WE se fait aussi facilement, mais le dépaysement est quand même bien là.


Ce WE, départ vendredi à 16 heures pour l'
Iztaccihuatl 5100 mètres  les conseils sont de boire beaucoup d'eau, encore une fois, et de faire des exercices, enfin il est évident qu'il ne faut pas se torcher la gueule la veille !

PS : a voir également dans la partie photos : une photo de fromage alléchant, une photo d'un champion de boxe courament appelé nounours, les chiottes automatiques de la UDLA : plus prestigieux que Roland Garros...

Publié dans Mexico

Commenter cet article