Anniversaires, rectification, monnaie

Publié le par zoupic

On passe sur le titre à la noix :
2 juillet, milieu d'année. La crise du subprime soufflera bientôt sa première bougie. Le feu, lui, est loin d'être éteint.

Quelques vidéos, quelques citations, mais d'abord une rectification sur le billet précédent que je préfère effacer. En effet, après avoir regardé sur worldometers, et refait le calcul du pourcentage pour la population n'ayant pas accès à l'eau potable, ça déconnait. Etant donnée la page de
sources sur worldometers, je leur fait confiance et préfère retirer le village.

A table :

Aujourd'hui, pour fêter les 3 ans de ce blog (10 mai 2005) je sais je suis pas à l'heure, mais on s'en fou, je vous tape pas la rétro de tous les billets que j'ai postés, considérez vous heureux. Donc pour ce billet spécial anniversaire et bougies, je vous propose un retour en enfance sympatique, un voyage en 92. Une fillette vient déballer sa vie à l'ONU, elle a 14 ans. Ca donne un truc comme ça :



Les personnes normalement constituées ont des frissons dans le dos, ou des émotions. Les autres se concentreront sur la vidéo suivante.

L'argent comme dette.




Deux citations maintenant :
Une récupérée chez Paul Jorion
, l'homme qui avait prévu la crise du subprime et qui dit qu'elle aurait pu être évitée par une régulation :

Chaque homme est riche ou pauvre selon le degré dans lequel il peut se permettre de profiter des nécessités, des conforts et des amusements de la vie humaine. Mais une fois que la division du travail s’est complètement opérée, il n’est qu’une très petite partie de ceux–ci auxquels il peut accéder par son propre travail. Il doit obtenir la majeure partie de ceux–ci du travail d’autres hommes et il sera riche ou pauvre selon la quantité de ce travail qu’il peut commander, ou qu’il peut se permettre d’acheter. C’est pourquoi pour la personne qui la possède, la valeur de toute marchandise qu’il n’entend pas utiliser ou consommer lui–même mais échanger pour d’autres marchandises, est égale à la quantité de travail qu’elle l’autorise à acheter ou à commander. (…) Ce que chaque chose vaut réellement pour l’homme qui l’a acquise, et qui veut s’en défaire ou l’échanger pour quelque chose d’autre, sont la peine et l’embarras qu’il peut s’épargner, et qu’il peut imposer à d’autres. (…) “La richesse”, a dit Mr. Hobbes, “est pouvoir”. Mais la personne qui, soit acquiert, soit hérite d’une grande fortune, n’acquiert pas nécessairement ou n’hérite pas nécessairement d’un pouvoir politique, qu’il soit civil ou militaire. Sa fortune lui fournira peut–être les moyens de les acquérir tous deux, mais la simple possession de la fortune ne lui procurera nécessairement ni l’un ni l’autre. Le pouvoir que cette possession lui procure immédiatement et directement, c’est le pouvoir d’acheter ; un certain commandement sur toute la force de travail, sur tous les produits du travail qui se trouvent alors sur le marché. Sa fortune est élevée ou médiocre dans la proportion même de l’étendue de ce pouvoir ; ou de la quantité, soit du travail d’autres hommes, soit – ce qui est la même chose – du produit du travail d’autres hommes, qu’elle lui permet d’acheter ou de commander. La valeur d’échange de chaque chose doit toujours être exactement égale à l’étendue de ce pouvoir qu’elle procure à son propriétaire.

Bien sûr, ce n'est pas vraiment nouveau. Ce n'est d'ailleurs pas de Paul Jorion, puisque c'est Adam Smith qui le disait dans La richesse des nations en 1776. (aïe)

L'autre citation est plus courte :

« Dans le cas de la création monétaire l’avantage serait toujours pour ceux qui émettraient la monnaie de crédit ; et comme le gouvernement représente la nation, la nation aurait épargné l’impôt, si elle, et non la banque, avait fait elle-même l’émission de cette monnaie... Le public aurait un intérêt direct à ce que ce fût l’Etat, et non une compagnie de marchands ou de banquiers, qui fit cette émission »

C'est David Ricardo, un autre grand économiste dans les principes d'économie politique et de l'impôt qui date de 1817.

C'est donc simple comme bonjour, et tellement triste à la fois.

On continue!


L'histoire de la terre + 5%, vous vous rappelez? J'en ai une autre, l'île des naufragés, simple et progressif, vous explique pas à pas le système monétaire, l'endettement, et l'impossibilité que tout le monde rembourse sa dette. A la fin, ils vous expliquent la solution pour faire corréler la création de monnaie avec la création de richesse (la masse monétaire ne suit pas la création de valeur). Les naufragés, c'est vous et moi.

C'est assez simple aussi et relativement triste. Mais ça changera.. Si Sarkozy annonce sur un
off de france 3 que la France va changer de façon rassurante, moi aussi je peux vous annoncer que ça changera...

Autrebreaking news : (comme si les autres étaient vraiment récentes...) Ingrid Betancourt est libre! Enfin.

Voilà pour le voyage dans le temps. Je pense qu'en 3 ans, ce blog a énormément changé, me suivant plus ou moins à travers mes aventures. Il reste mon répondeur pour avoir de mes nouvelles pendant que je suis à l'étranger. C'est aussi un vide cerveau indispensable. Il y a également de grandes chances pour qu'il soit le relais de ma pensée sur les incohérences aberrantes de ce monde, et j'espère vous aider à y voir plus clair au fur et à mesure que je les comprends.

Pour le prochain cours, commencez à étudier ce graphique, et on essaiera de comprendre ce que ça veut dire.


Commenter cet article

zoupic 04/07/2008 13:41

Merci pour ce retour dans ce désert de commentaires.

banmou 03/07/2008 11:27

Moi j'aime bien moi ...