La rentrée à Belgrano : deux premières semaines de Mars

Publié le par -

De retour d'Iguazu, me voici avec des nouvelles et des photos à vous mettre sous la dent. Avant de vous en mettre plein les yeux, il serait judicieux de raconter où j'étais ces deux dernières semaines de silence radio.

Buenos Aires la grande

La ville est belle, la ville est grande, la ville vit, jour et nuit. Au rythme des bus de toutes les couleurs, des radio taxis noir et jaune, Bs As respire de ses grands poumons encrassés. On peut suivre les odeurs de viandes pendant des heures, mais 15 minutes suffisent à ne plus avoir faim une fois que l'on s'assoit à la terrasse d'un café.
Je découvre au fur et à mesure les différents quartiers, les appartements des copains. Je suis moi même du côté de la plaza congreso, plutôt dans le centre, et à 40 minutes en bus de l'uni.

La vie étudiante
Les cours commencent doucement, on a le droit d'essayer un peu les différentes classes avant de vraiment valider celles qu'on aura tout au long du semestre. J'ai pris 3 types de cours, des cours avec étrangers, des cours d'espagnol et des cours de ma carrera, comme ils appellent ça ici. J'ai un cours d'histoire économique argentine, et un autre de politique économique argentine, qui se passent avec 95% de ricains fatiguants. J'ai également un cours d'espagnol avec une prof fantastique pour lequel j'hésite encore un peu à changer de niveau.. De nouveau avec 97% de ricains, me rappelant les souvenirs du Mexique des ricains qui ne progressent pas, j'hésite à prendre la classe de niveau avanzado qui me permettrait d'approfondir un peu plus. Enfin, une classe de finance international ou bizarrement les ricains ne sont absolument présent, ce qui nous permet de les critiquer tout au long du cours. Ca fait plaisir, puisqu'on leur reproche à peine leurs actes passés dans les cours d'histoire argentine, et aujourd'hui, économiquement parlant, les USA en bavent. Mon dernier cours, pas encore déterminé complètement est organisation d'events, dans la carrière d'hôtellerie.

En attendant de voir comment tout ça s'installe dans la durée, je suis relativement content de ce panaché de matières qui m'offre tout ce que je recherche.

Vie de campus
Ce qui est évidemment très différent de Mexico, c'est le campus. Etant dans une grande ville, le campus ne peut pas s'étendre sur x terrains de futbol américain comme c'était le cas à Puebla. Ici tout est concentré dans une tour de 17 étages aux 4 ascenseurs ultra rapide. On se croirait presque dans SIM tower, pour ceux à qui ça parle. Le campus est donc passé d'un état horizontal à l'état vertical, et ça fait bizarre. Ca retire tout le charme de traîner dans les parcs du campus, un point pour le Mexique, ou de façon plus générale, un point pour la vie en dehors des grandes villes.

Le problème donc de tout ça, c'est qu'en ne vivant pas vraiment sur le campus, il n'est pas encore évident de se faire ami-ami avec les argentins, ça viendra..

La musica electronica
J'ai également profité de venir en terre musicale pour goûter à deux soirées électroniques, le SAMC, une sorte de gros festival de trance-mini-house, auquel je suis allé avec Frank, un français que j'avais connu au Mexique et qui est également ici, le hasard. J'ai également été avec Fausto à une soirée privée dans un bar qui était très sympa et m'a permis de connaître une bande d'argentins sympatoches.

Iguazu avec ses photos à venir, pour les dents ou la vue, à vous de voir.

Publié dans Argentina

Commenter cet article

yo/yep 28/03/2008 14:25

ye man, suis o maroc pour encore kelkes jours pense bien a toi take care lalo